« Dimanche 24 avril… » : les électeurs à bulletin ouvert

On se souviendra de la présidentielle de 2022 comme de la première élection sans isoloir. Du premier scrutin à cœur ouvert. Dans les semaines précédant le premier tour, on a d’abord assisté sur les réseaux sociaux et les groupes WhatsApp familiaux à une multiplication de professions de foi individuelles, de cris lyriques d’électeurs indiquant par quels détours ils étaient passés avant de choisir le candidat pour lequel ils allaient voter.

Plus besoin de rideaux dans les bureaux de vote avec 36 millions d’influenceurs politiques.

Les comités de soutien de grandes personnalités ont été remplacés par un boom de tribunes signées par de parfaits inconnus expliquant leur choix sur les réseaux sociaux comme si la planète entière l’attendait depuis des semaines. Pourquoi attendrait-on plus les consignes de vote de Nicolas Sarkozy ou de Brigitte Bardot que les leurs ? À chacun ses communautés.

En 2022, plus personne n’oserait invoquer le secret de l’isoloir ou répondre « ça ne vous regarde pas ». Jamais on ne s’était autant téléphoné pour se demander pour qui on allait voter, sans doute moins pour connaître les intentions de son interlocuteur que pour se lancer dans un long exposé sur le pourquoi de son choix. Même chose pour le second tour. Plus besoin de rideaux dans les bureaux de vote avec 36 millions d’influenceurs politiques.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Je voterai pour lui au premier tour mais pas au second » : les Machiavel de l’isoloir

À quoi on les reconnaît

Se sentant au cœur du jeu électoral, comme les politiques, ils commencent beaucoup de phrases par « j’entends autour de moi ». Ils ne voudraient pas que leur vote soit mal compris et ont besoin de l’expliquer. Ils ont publié sur les réseaux sociaux des posts pleins d’anaphores qui ressemblent à des discours d’élu. Ils se sont fait rappeler à l’ordre au bureau de vote quand ils sont entrés dans l’isoloir en tenant ostensiblement un seul bulletin. Ils ont fait des photos de leur carte d’électeur devant l’affiche de leur candidat. Ils s’autocitent (« comme je le sentais en février »).

Après avoir déposé leur bulletin dans l’urne, ils ont envoyé une douzaine de SMS à leurs proches pour leur indiquer pour qui ils avaient voté. Ils prêtent à leur selfie dans l’isoloir le même pouvoir de prescription qu’à la photo qu’ils avaient faite au centre de vaccination pour leur première dose. Ils savent ce qui est dans l’intérêt des autres qui malheureusement ne le savent pas forcément.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « J’ai pris rendez-vous vendredi avec sa prof principale » : les abonnés au rattrapage parental

Comment ils parlent

« Pourquoi je voterai utile ? Un thread. » « Pourquoi je m’abstiendrai ? Un thread. » « Je vais sans doute y perdre des followers mais… » « Ma réaction aux résultats du 1er tour. » « Dimanche 24, je… » « Sans illusion mais sans hésitation. » « Depuis mon premier vote, en 1981. » « Chaque vote engage le destin du pays. » « N’oublions pas que… » « J’aime mon pays. » « L’histoire nous jugera. »

Il vous reste 18.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would love to say thanks to the author of this write-up for this incredible material

« Dimanche 24 avril… » : les électeurs à bulletin ouvert

Fuzzy Skunk