Guerre en Ukraine : la France, l’Allemagne et la Lituanie annoncent l’expulsion de diplomates russes

« Cette action s’inscrit dans une démarche européenne », a pris soin de préciser le ministère français des affaires étrangères dans son communiqué. Alors que les massacres constatés à Boutcha et dans la banlieue de Kiev ont soulevé une nouvelle vague d’indignation aux Nations unies et en Europe, la France et l’Allemagne ont annoncé tour à tour l’expulsion de plusieurs dizaines de diplomates russes, tandis que la Lituanie décrétait le renvoi de l’ambassadeur russe.

L’Allemagne a d’abord annoncé, lundi 4 avril, l’expulsion d’« un nombre élevé » de diplomates russes en poste à Berlin, 40 selon des informations de l’Agence France-Presse. La ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, a souligné que ces employés de l’ambassade de Russie constituaient « une menace pour ceux et celles qui cherchent une protection chez nous ». « Nous ne le tolérerons plus », a-t-elle ajouté dans une courte déclaration écrite.

Lire aussi : Notre direct du jour sur la guerre en Ukraine

Dans l’après-midi, le ministère français des affaires étrangères a publié un communiqué allant dans le même sens, une source proche du ministère prévoyant l’expulsion de 35 diplomates russes « dont les activités sont contraires » aux intérêts de la France.

Les motifs invoqués par la Lituanie pour justifier le renvoi de l’ambassadeur de Russie sont plus explicites. « En réponse à l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine souveraine et aux atrocités commises par les forces armées russes dans diverses villes ukrainiennes occupées, y compris l’horrible massacre de Boutcha, le gouvernement lituanien a décidé de réduire la représentation diplomatique, et l’ambassadeur de la Fédération de Russie devra quitter la Lituanie », a déclaré à la presse le chef de la diplomatie lituanienne, Gabrielius Landsbergis.

Vilnius a également annoncé qu’elle allait fermer le consulat de Moscou à Klaipeda, ville portuaire dont 20 % des habitants sont russes de souche.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Boutcha et dans la région de Kiev, des scènes de carnage

La Russie promet des « documents » sur Boutcha

La Russie, qui dément toute implication dans les massacres constatés dans la banlieue de Kiev, a vivement répliqué à ces sanctions. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a dénoncé une mesure « extrêmement hostile » et a accusé la Lituanie de vouloir « détruire les relations bilatérales ». Moscou va annoncer des mesures de rétorsion « bientôt », a-t-elle ajouté.

« La réduction infondée du personnel diplomatique des missions russes en Allemagne va rétrécir l’espace permettant de maintenir le dialogue entre nos pays, ce qui va conduire à une détérioration supplémentaire des relations russo-allemandes », a réagi de son côté l’ambassade russe à Berlin dans un communiqué publié sur Telegram.

Lire aussi : Massacre de Boutcha : sur les réseaux sociaux, l’opération de désinformation de Moscou

« Nous avons exprimé notre rejet catégorique des accusations unilatérales de Berlin, qui s’est empressé de prendre le parti de Kiev, sans même attendre une enquête indépendante sur les événements de Boutcha », a déclaré l’ambassade russe.

Le Kremlin avait vivement réagi lundi matin en rejetant « catégoriquement toutes les accusations », par la voix de son porte-parole, Dmitri Peskov. La Russie a promis de dévoiler lundi soir, lors d’une conférence de presse au siège des Nations unies à New York, « des documents précis » visant à présenter « la vraie nature des événements » qui se sont déroulés à Boutcha, selon le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

We wish to give thanks to the author of this post for this awesome content

Guerre en Ukraine : la France, l’Allemagne et la Lituanie annoncent l’expulsion de diplomates russes

Fuzzy Skunk