Guerre en Ukraine : « Le Royaume-Uni est décidé à fournir aux Ukrainiens ce dont ils ont besoin »

Ancien officier, James Heappey, numéro deux du ministère de la défense britannique, a servi en Afghanistan et en Irlande du Nord. Secrétaire d’Etat britannique aux forces armées, il détaille l’aide militaire offerte aux Ukrainiens par le Royaume-Uni.

Marioupol est sur le point de tomber. Quelles leçons en tirez-vous pour la suite de la guerre ?

Clairement, la situation est très précaire. Il faut voir les choses dans un contexte plus large. Les Russes contrôlent la mer d’Azov, donc le port sur cette mer n’a plus du tout l’importance stratégique qu’il avait. La résistance opposée par les Ukrainiens à Marioupol a siphonné une énorme partie des ressources militaires russes ; certaines unités russes, parmi les meilleures, envoyées de Crimée et du district militaire sud de la Russie, ne sont plus en état de combattre. La bataille de Marioupol a posé le cadre de ce qui va venir ensuite : un combat beaucoup plus équilibré entre les forces ukrainiennes et russes dans l’est du pays.

La chute de Marioupol, si elle se confirme, ne change pas vraiment les choses sur le plan stratégique. Si j’étais à la place des Ukrainiens, je considérerais la défense de Marioupol comme l’événement-clé qui a amené les Russes à revoir leurs ambitions territoriales et à réviser leurs plans. Elle permet aux Ukrainiens de réduire la menace pour le reste du pays, et d’aborder le combat au Donbass avec plus de chances de succès.

Un militaire ukrainien sur le tarmac de l’aéroport d’Hostomel jonché de débris des bombardements . Boutcha, Ukraine, le 5 avril 2022

Qu’est-ce qui vous fait dire que les forces ukrainiennes sont, elles, en état de combattre efficacement au Donbass ?

Je suis certain qu’elles en sont capables. Il y a une composante morale. Vous avez une armée russe démoralisée, qui ne sait pas quels sont ses objectifs, qui est très mal dirigée – on a des exemples de soldats qui se rebellent contre leurs supérieurs à cause des décisions déplorables qu’ils ont prises sur le terrain. Ce qui caractérise le leadership politique de cette campagne, c’est son hubris, et cette hubris interfère avec les plans militaires d’une manière extraordinaire. Donc oui, je crois profondément que les Ukrainiens peuvent mettre fin à ce conflit à leurs conditions, et le Royaume-Uni et bien d’autres pays sont décidés à leur fournir ce dont ils ont besoin pour y parvenir.

Quelle assistance militaire apportez-vous à l’Ukraine ?

Ça a été tout un processus. On a commencé en janvier avec des armes antichars portatives, quelques armes légères et du matériel de communication. A ce stade-là, bien sûr, on voulait aider les Ukrainiens dans leur défense initiale, mais on pensait surtout à ce qui serait utile dans la campagne de résistance qui suivrait, parce que comme tout le monde, nous pensions que dès le début la puissance russe serait écrasante. Puis on a fourni des systèmes de défense antiaérienne, notamment portatifs. On a ensuite poussé ça plus loin : maintenant on prévoit de leur fournir des capacités de lutte antinavire, des munitions rôdeuses, on leur envoie des véhicules blindés, et on encourage activement les pays d’Europe centrale qui ont des arsenaux du Pacte de Varsovie de céder leurs armements, qui s’intègrent beaucoup plus facilement dans les forces ukrainiennes que les nôtres ou ceux de la France. Et notre part, dans ce deal, c’est de compenser les équipements qu’ils ont ainsi cédés.

Il vous reste 58.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would like to thank the writer of this article for this amazing material

Guerre en Ukraine : « Le Royaume-Uni est décidé à fournir aux Ukrainiens ce dont ils ont besoin »

Fuzzy Skunk