Rupert Murdoch lance une chaîne télévisée de talk-shows de droite au Royaume-Uni

Qu’il était heureux d’être de nouveau devant les caméras ! Pour le lancement de TalkTV, lundi 25 avril au Royaume-Uni, le controversé mais populaire présentateur britannique Piers Morgan ne cachait pas son délice de revenir sur le devant de la scène. Son émission, à 20 heures tous les soirs, se nomme « Uncensored » (« non censuré ») et il promet, des étoiles dans les yeux, de « célébrer la vraie liberté d’expression », et pas « le genre de liberté d’expression » que les « woke snowflakes défendent » [des jeunes politiquement corrects]. « Vous n’allez pas aimer ce programme, avertit-il. En fait, il va même clairement vous énerver. »

TalkTV se veut une chaîne de télévision de talk-shows de droite, directs et sans limites. Qui de mieux pour l’incarner que le présentateur à l’ego bouffi et aux opinions catégoriques, qui a réussi à devenir l’un des visages les plus reconnaissables du Royaume-Uni ? Et comment mieux démarrer qu’avec une interview exclusive de Donald Trump, l’ancien président américain ?

Epais carnet d’adresses

TalkTV marque le retour du groupe de Rupert Murdoch, 91 ans, à la télévision britannique. Le magnat australo-américain, créateur de Fox News, propriétaire du Sun et du Times, a renoncé à lancer une chaîne d’information en continu. Il en brûlait pourtant d’envie, après avoir vendu Sky News, la chaîne qu’il avait créée en 1989, à Comcast, en 2018.

Lire aussi Fox News, chaîne favorite de Donald Trump, l’exaspère désormais

Il a fini par renoncer, parce qu’une telle entreprise serait trop chère. A la place, il crée TalkTV, qui surfe sur TalkRadio, qu’il possède de longue date. Cette radio fonctionne sur un modèle simple : un présentateur ou une présentatrice notoire, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et des appels d’auditeurs. Vingt et une heures par jour, TalkTV se contente d’installer une caméra dans les studios de TalkRadio et de rediffuser. A cela s’ajoutent désormais trois heures de production en prime time, dont le point d’orgue est l’émission de Piers Morgan.

Lire aussi Qui est vraiment James Murdoch, le fils du magnat des médias ?

Le présentateur a un épais carnet d’adresses et il connaît Donald Trump de longue date. Il a participé (et gagné) à son émission « The Apprentice », en 2008. L’entretien, diffusé lundi 25 et mardi 26 avril, est bien mené, et les petites phrases de l’ancien président américain ont apporté une importante publicité à la nouvelle chaîne. M. Trump refuse de dire s’il se présentera en 2024, mais « beaucoup de gens seront heureux » quand il annoncera sa décision, dit-il. A l’en croire, il aurait offert à Angela Merkel un drapeau blanc quand il était à la Maison Blanche, pour lui signifier le danger de sa politique énergétique envers la Russie.

Lire aussi James Murdoch, fils de Rupert, démissionne du conseil d’administration de News Corp.

Selon Enders Analysis, une société de recherches en médias, il est « improbable que TalkTV soit bénéficiaire à moyen terme ». Mais l’objectif est peut-être ailleurs. Le groupe Murdoch a besoin de ce genre d’entretiens vidéo dans son offre multimédia. La première soirée a obtenu un audimat honorable, à 2 %, avec près de 400 000 téléspectateurs. Plus que les chaînes d’information en continu Sky News et BBC News à la même heure.

We would love to thank the writer of this post for this outstanding web content

Rupert Murdoch lance une chaîne télévisée de talk-shows de droite au Royaume-Uni

Fuzzy Skunk